Le CDO, créateur de valeur : d’une donnée qui éblouit à une donnée qui éclaire

transformation digitaleBien qu’apparu récemment, la figure du Chief Data Officer (CDO) s’est rapidement imposée dans le paysage des organisations. Il est vrai qu’à l’heure du data driven, l’importance de son rôle de gardien et d’ordonnateur de l’actif le plus précieux de l’entreprise ne fait plus débat. Peu à peu, les contours de sa fonction s’affinent et s’affirment. Davantage connu et reconnu, il s’émancipe progressivement de sa direction de rattachement – direction générale, marketing, IT ou digitale – pour faire valoir sa dimension transversale. Cependant, le moment est sans doute venu pour lui de donner un second souffle à sa mission.

Le CDO symbolise la transformation digitale

À sa prise de fonction, le CDO est souvent confronté à une tâche colossale. En dehors de quelques silos métiers comme le marketing, la donnée a rarement été traitée avec beaucoup d’égards et tout est à construire. Sa première tâche est donc de poser les fondations d’une véritable politique de la donnée à l’échelle de l’entreprise, ce qui passe par la mise en œuvre simultanée de trois grands chantiers : la gouvernance, les ressources et l’acculturation.

Gouverner les données

Le premier de ces chantiers est celui de la gouvernance. Avant d’exploiter les données, il importe d’en faire l’inventaire et de répondre à quelques questions fondamentales les concernant: où se trouvent-elles ? qui les produit ? à qui appartiennent-elles ? qui en est responsable ? qui a le droit de les utiliser ? pour quoi faire ? L’organisation, les processus et les outils permettant d’avoir durablement une réponse claire à ces interrogations sont le prérequis indispensable à toute stratégie fondée sur les données, et donc une priorité pour le CDO.

Staffer le Data Office

Son deuxième chantier est connexe au précédent puisqu’il s’agit de doter le data office des ressources nécessaires à son action. Des compétences, d’autant plus difficile à recruter qu’elles sont rares, nouvelles et parfois méconnues de l’entreprise. Des outils, pour recueillir, gérer et exploiter les données, par exemple un MDM (Master Data Management) ou un data lake. Des données, enfin, dont il faut parfois débuter la collecte ou qu’il faut réinternaliser parce qu’elles sont trop précieuses pour demeurer chez un prestataire.

Démocratiser les données

Enfin, le troisième chantier consiste à diffuser la culture de la donnée et à généraliser son usage au sein de l’entreprise. Le CDO et son équipe doivent prendre leur bâton de pèlerin et prêcher inlassablement la bonne parole de la data. Pour la démocratiser, il leur faut non seulement convaincre leurs interlocuteurs métiers de son potentiel comme levier d’optimisation et d’innovation, mais être aussitôt disposés à le démontrer au travers de projets concrets.

Transformer en gardant les pieds sur Terre … digitale

Toutefois, à mener ainsi de front ces trois chantiers très structurants et accaparants, le risque pour le CDO est de perdre peu à peu de vue la réalité derrière les données. Comme en témoignait récemment le CDO d’une grande compagnie d’assurance, placer des data scientists, aussi bons soient-ils, face à un data lake se révèle une approche stérile si elle n’est pas sous-tendue par une réflexion d’origine business. Le CDO ne doit pas se laisser obnubiler par la Donnée, avec un grand D, mais revenir sans cesse aux données elles-mêmes et à ce qu’elles renferment de connaissances pour les métiers.

Une fois les fondamentaux en place, le CDO doit donc engager un second temps de son action afin de se positionner davantage en créateur de valeur au service de l’entreprise plutôt qu’en seul gardien du temple de la data. Il lui faut se rapprocher des métiers pour les aider à valoriser plus et mieux les données. Définir avec eux les modalités d’une coopération renforcée et agile. Pouvoir sélectionner et prioriser les projets data en fonction des objectifs stratégiques. Sortir, enfin, d’une logique exclusive de POC et de pilotes pour préparer davantage le passage à l’échelle. Ce n’est qu’en franchissant ce nouveau cap que le CDO fera véritablement de la donnée la matière première de la réussite qu’elle promet d’être.

Si vous souhaitez rencontrer vos pairs CDO et apprendre de leurs expériences, assistez à la table-ronde CIO-CDO-CISO-CDPO lors de l’Informatica World Tour France 2018. Réservez votre place (places limitées).

Vous pouvez aussi découvrir comment engager votre organisation dans la transformation digitale sur des cas d’usage concrets.

Commentaire