Prolifération des applications SaaS : L’histoire est-elle un éternel recommencement?

SaaSVous vous souvenez de la fin des années 1990 et du début des années 2000 ? À l’époque, les DSI et les dirigeants d’entreprise imprimaient leurs marques en implémentant le logiciel ERP. Ce logiciel a automatisé des fonctions métiers essentielles comme la finance, les RH et la première vague d’applications de niche faciles à déployer et spécialisées dans des processus métiers non couverts de manière adéquate par ERP. Les sociétés ont dépensé des fortunes pour ces applications d’entreprise sur site qui ont pris racine, se sont multipliées et se sont fortement répandues dans toutes les entreprises.

Cependant, cette explosion du nombre d’applications présentait des inconvénients. Les responsables informatiques se sont efforcés de regrouper tous les programmes et de ne pas générer de pannes dans les systèmes métiers essentiels impliqués dans le processus. Des rapports sur des pannes spectaculaires d’ERP ont semé la peur chez les PDG du monde entier. En outre, de nombreuses données ont été dispersées dans des applications séparées, ce qui a rendu difficile leur optimisation.

Cependant, grâce à la consolidation progressive des fournisseurs, à l’invention de la suite logicielle intégrée et à un travail acharné, le personnel informatique a réussi à juguler la prolifération des applications de cette époque. La consolidation du portefeuille d’applications était le cri de ralliement. D’autre part, les DSI, les DAF et les PDG ont commencé à accorder une attention particulière à l’importance de l’optimisation au niveau de l’entreprise plutôt qu’au niveau local. Par conséquent, de nombreux DSI ont gagné le respect et l’admiration de leur PDG. Même certains conseils d’administration ont remarqué cette nouvelle génération de cadre. En réalité, cependant, les DSI n’ont fait que résoudre un problème d’abord créé par les services informatiques!

Retour vers l’avenir

Qu’est-ce que les DSI ont tiré de cette époque passionnante? Pas grand-chose apparemment. Pourquoi? Parce que la prolifération des applications a repris. En fait, elle s’est produite d’une nouvelle manière plus virulente que certains ont baptisée « prolifération SaaS ».

Aujourd’hui, une application Cloud existe pour tout et les dirigeants d’entreprise réclament toutes ces applications : Salesforce pour CRM et applications Cloud les plus performantes pour toute autre fonction imaginable de l’approvisionnement au suivi des dépenses et à la prise de notes. La couche supérieure comprend toutes les applications sociales, mobiles et de collaboration, toutes « basées sur le Cloud ».

En voulant arranger les affaires des responsables d’entreprise, les services informatiques font la même erreur qu’il y a plusieurs années. Effectivement, ils déploient trop d’applications et investissent des sommes excessives pour de légers réglages qui permettent des améliorations au niveau local, mais suppriment toute notion de flexibilité d’entreprise. Apparemment du jour au lendemain, une immense vague d’applications Cloud a déferlé dans tout le monde de l’entreprise. Là encore, les DSI passent des nuits blanches à essayer de regrouper ces applications et à démêler les flux de données semblables à des spaghettis qui circulent entre elles.

L’histoire est un éternel recommencement/Encore du déjà vu

Oui, on dirait que l’histoire est un éternel recommencement. Ou au moins un poème avec des rimes, car le contexte technologique et commercial a considérablement changé. Une des différences principales d’aujourd’hui réside dans l’évolution du rôle du collaborateur expérimenté. L’objectif des années 90 était d’amener tout le monde à travailler de la même manière dans chaque bureau. Cette méthode a décuplé l’efficacité, réduit les coûts et amélioré la gouvernance des fonctions de back-office comme la finance, l’approvisionnement et les RH. Elle peut être considérée comme l’équivalent, dans le back-office, de l’automatisation de la fabrication datant de plusieurs décennies. Cependant, ces avantages ont en grande partie été récoltés et, par conséquent, les investissements supplémentaires dans des applications de réglage n’apportent que des avantages minimes.

Désormais, il s’agit de la transformation digitale qui change réellement la donne. Elle exige que les collaborateurs expérimentés soient plus flexibles et aient davantage de pouvoirs. À mon avis, pour être compétitifs dans la nouvelle économie, les acteurs ont besoin de trois choses :

  • Éléments à connaître
  • Actions à effectuer
  • Mode d’exécution

Tout cela nécessite l’exploitation des données. La difficulté avec la prolifération SaaS est la dispersion des données nécessaires sur des dizaines d’applications Cloud, ce qui complique la recherche, l’analyse et le déploiement de ces données. Réfléchissez aux questions suivantes : Savez-vous exactement quelles applications Cloud hébergent vos données clients? Vos données sur les employés? Vos données sur la chaîne logistique? Il s’agit d’enjeux majeurs, mais qu’en est-il des questions suivantes : Comment les clients utilisent-ils vos produits? Que disent-ils de vous? Quelle est la manière la plus rentable de fournir votre service?

De plus, les quantités de données en jeu ont connu une croissance exponentielle aujourd’hui, non seulement à l’intérieur, mais aussi à l’extérieur de votre entreprise. Chaque interaction avec les médias sociaux, chaque alimentation de machine intelligente et chaque clic sur un site Web s’ajoutent à la montagne de données.

Au lieu de lancer et de régler de nouvelles applications Cloud, les DSI doivent mettre l’accent sur la prise de contrôle de leurs données et sur la libération du potentiel de ces données pour transformer l’entreprise. Cette tâche n’est pas une mince affaire à l’époque du Cloud. Rappel : vos systèmes sur site hébergent sans doute une grande partie de vos données. Par conséquent, l’intégration de ces deux mondes sera essentielle pour l’exploitation de vos données entièrement dans un but d’avantage concurrentiel.

Les plates-formes d’intégration de données Cloud et les outils aideront les DSI à combattre la prolifération SaaS. Cela permettra aux entreprises de mobiliser et de générer systématiquement de la valeur à partir des données dispersées dans le Cloud et dans les environnements sur site. Pensez-y! Vous n’avez pas besoin de choisir entre une suite monolithique qui « fait l’affaire » et un portefeuille d’applications hors pair. Par la bonne méthode, il est possible d’accéder aux données de toutes ces applications à des fins d’informations et d’analyse, puis d’intégrer ces données, de manière à les rendre parfaitement accessibles sur toutes les applications. Cette approche contribuera aussi considérablement à juguler la prolifération SaaS et à faciliter pour les entreprises l’exploitation des données pour la transformation digitale.

À notre époque, la résolution du problème de la prolifération des applications changera réellement la donne pour l’entreprise digitale.

L’histoire est-elle un éternel recommencement au niveau de votre entreprise? J’attends vos nouvelles avec impatience.

Commentaire